La normalisation grâce à la mesure (quantification) des faits, donc le traitement de données, est le sujet de 2 contenus récents :
  1. le dernier numéros de DataGueule "Marketing politique : Démocra-ciblée #DATAGUEULE 68"
  2. l'émission de France Culture "les cours du Collège de France" intitulée "Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres Juger : le passage de la prudence au calcul" de Alain Supiot.

Voici le résumé de ses cours de 2012-2013 au Collège de France :

"Derrière le glissement sémantique du « gouvernement » à la « gouvernance », c'est une nouvelle façon de diriger les hommes que donne à voir l'analyse juridique. La raison du pouvoir n'est plus recherchée dans une instance souveraine transcendant la société, mais dans des normes témoignant de son bon fonctionnement. Il y a là une tentative de synthèse des deux figures de la Norme qui s'opposent en Occident depuis l'essor de la science moderne. D'un côté la norme juridique, qui tire sa force d'une foi partagée dans un devoir-être ; et de l'autre la norme technique, qui tire sa force de la connaissance scientifique des choses. Prospèrent sur ces bases de nouvelles manières de faire marcher les hommes avec des Textes, de nouvelles techniques juridiques qui visent la réalisation efficace d'objectifs mesurables plutôt que l'obéissance à des lois justes. Cette première année de cours permettra de brosser un panorama de ces transformations dans diverses branches du droit."

Son dernier ouvrage "La gouvernance par les nombres" publié en 2015 chez Fayard fait parti de la collection "Poids et mesures du monde" dont Alain Supiot donne la description :
"[Collection] ouverte à des auteurs de tous les continents, qui ont en commun de considérer la diversité des systèmes de pensée, non pas comme un reste d’irrationalité dans un monde destiné à devenir uniforme, transparent et gérable, mais comme un support indispensable à l’institution de la raison, dans un monde destiné à demeurer divers et imprévisible"