Document de référence, à parcourir absolument, l'introduction du rapport parlementaire "Numérique et Libertés : Un nouvel âge démocratique", débute par ces mots :

Toute révolution industrielle appelle un nouvel âge démocratique.
Telle est la conviction qui a animé les travaux de la Commission de réflexion et de
propositions sur le droit et les libertés à l’âge numérique, composée à parité de
député-e-s de l’Assemblée nationale et de représentant-e-s de la société civile.
Bouleversant notre relation au temps – désormais immédiat – et à l’espace
– devenu sans frontières –, l’actuelle révolution technologique est à l’origine d’un
ébranlement général de nos sociétés, dans leurs pratiques culturelles et leurs
modes de consommation, la sphère économique et le monde du travail, les accès
aux savoirs et la liberté d’expression, l’espace public comme la sphère de
l’intimité... Or, la direction que prendra ce mouvement inédit n’est pas définie
par avance : l’effet final des techniques, qui peuvent être aussi bien libératrices
qu’asservissantes, dépend toujours des usages sociaux qui s’imposeront à
la longue.
C’est ici que se pose la question décisive de la réponse collective
qu’inventeront nos sociétés devant cette accélération qui les affole et les
fascine, les réjouit autant qu’elle les inquiète, entre découverte d’un futur inédit et
perte de repères anciens. Car ces temps planétaires de révolution objective,
concrète et matérielle, où de vieux mondes se meurent tandis que les nouveaux
sont encore incertains, cherchent à tâtons leur issue politique dans une histoire
qu’il nous revient d’écrire, entre chute dans la barbarie et sursaut dans la
démocratie.